David Milan, la calligraphie heureuse

David Milan, la calligraphie heureuse

Aujourd’hui, l’une des stars actuelles de la calligraphie sur le net, David Milan. Aux grands noms de la calligraphie s’ajoutent volontiers des moins connus (pour l’instant) et tout comme Joluvian ou Serguey Shapiro, David Milan est en train de se faire un nom.

Gaucher mexicain cet artiste offre des lignes fluides et nettes, avec un style personnel marqué, des citations pleines de bonnes humeurs et des séries sympas comme celle sur les super héros. Comme l’une de ses réalisations le dit, il est ridiculously amazing.

À découvrir, suivre et twitter pour répandre la bonne parole, il y a un nouveau boss en ville !

SES PROFILS SUR LES RÉSEAUX SOCIAUX

INSTAGRAM

FACEBOOK

SITE PERSO

BEHANCE

TWITTER

Flore Maquin, la jolie découverte

Flore Maquin, la jolie découverte

Aujourd’hui, belle découverte d’une graphiste française qui a fait parler d’elle dans de très nombreuses publications pour sa superbe interprétation d’affiches de films dont Fight Club, Django unchained, Leon ou encore le 5ème élément.

L’univers est vif, ses créations print sont moins franches dans leur caractère unique mais vous pouvez compléter le tour d’horizon par ses créations d’affiches (section graphic design de son site personnel) qui sont simples, épurées mais très très bien réalisées et structurées.

Belle découverte made in France, dont vous pouvez en plus retrouver un interview en cliquant sur le lien ci-dessous

Le 7ème art à l’affiche : interview de Flore Maquin

Comme toujours, retrouvez aussi ses profils sur Facebook, Behance, Instagram et Twitter.

En attendant, petite sélection non exhaustive de son travail !

Lucas Young, le style venu du froid

Lucas Young, le style venu du froid

Internet regorge de créateur de talent et leur répartition sur le globe est aussi aléatoire que leurs qualités, leurs médiums de prédilection ou leur renommée respectives.

Aujourd’hui découverte d’un jeune graphiste canadien dont le coup de pinceau/crayon est vraiment pur dès lors qu’il s’adonne au jeu de la calligraphie moderne. Ses créations graphiques comme les posters ou les cartes de voeux emportent le morceau, son talent est palpable.

Jolie découverte que vous pourrez prolonger sur ses profils :

Behance

Instagram

Tumblr

Son site perso

L’art metallico-bucolique de JK Brown

L’art metallico-bucolique de JK Brown

S’il est bien deux mondes dont on sent intuitivement qu’ils sont difficilement compatibles ce sont bien la campagne et l’art. Bon d’accord cette première assertion est volontairement bobo, faussement condescendante pour les franges éloignées de la civilisation, oups de la ville. Oui mais voilà rien n’est moins vrai. Car si l’on veut bien laisser de côté les scènes de chasse à court et autres représentations bucoliques de l’arrière pays anglais avec leurs teintes si peu compatibles avec les intérieurs modernes (mais qui jouxtent avec un bonheur inégalé un papier peint déjà chargé), il est parfois possible de tomber sur le cul. Oui le séant, direct, pam, ouille et tout.

Car voici venir un artiste qui façonne avec le métal des animaux à la ressemblance si troublante que l’on se prend à imaginer qu’ils vont s’animer, propulsant la campagne galloise à Hollywood pour un spin-off éblouissant mais surprenant des Transformers.

Je vous laisse admirer les détails de ses créations et imaginer leur inclusion dans la nature. Ils pourraient demeurer là sans qu’un quelconque créateur omniscient trouve à y redire.

Mais comme tout art vous pouvez aussi l’imaginer chez vous. Certaines pièces sont encore en vente sur la page Etsy de JK Brown ou bien chez Living Arts dont le magnifique cheval (Il vous en coûtera toutefois plus de 5.000£ pour l’équidé mais vous pouvez opter pour le corbeau à 950£ ou des cartes postales à 1,5£). Le talent a un prix mais pas de valeur.

Pour rien du tout par contre vous pouvez liker la page FB de l’artiste !

De l’utilisation de Trello dans le contexte des collectivités locales

De l’utilisation de Trello dans le contexte des collectivités locales

Tous les anciens, les collègues ayant connu l’avant décentralisation sont nostalgiques de ce vieux tableau en acier, percé de fentes horizontales dans lesquelles patientent des petites cartes de couleur, cartonnées et remplies de hiéroglyphes administratifs. Il était alors facile de faire passer une carte d’une colonne à l’autre, une sorte d’application de gestion de projet avant l’heure.

Et voilà qu’après leurs disparitions ces charmants outils renaissent sous format numérique, l’éternel recommencement. Son petit nom : Trello

Le principe est simple, vous définissez d’abord une organisation et élaborez ensuite des « boards », des espaces de travail que vous pouvez paramétrer pour être personnel ou accessible à tout ou partie des autres membres d’une structure. Une fois cette organisation mise en place, vous pouvez ensuite créer les « colonnes » qui vous conviennent. Il suffit ensuite d’insérer les cartes et de les déplacer d’une colonne à l’autre.

Dans ces cartes vous pouvez inclure des checklists qui, oh merveille, sont réutilisables, des commentaires, ajouter des documents, inviter des collègues à participer. Un système de couleurs vous permet en outre d’identifier la priorité attachée à chaque carte.

Cas pratique, nous l’utilisons dans le cadre du service marchés publics de ma collectivité avec la structure suivante :

  • à faire
  • définition des besoins
  • en cours de rédaction
  • procédure en cours
  • à renouveler

Le collègue chargé du suivi qualité des marché copie in fine les cartes dans son espace « suivi qualité ».

Découverte en image

Une application existe sur iOS et sur Android (celle que j’utilise) ce qui assure une synchronisation des données et une mobilité certaine.

Autre exemple d’utilisation, en substitution ou complément de la mallette d’astreinte des DG et DGA, cela permet de rendre immédiatement accessible l’ensemble des informations liées à la survenance d’un événement nécessitant la mobilisation de l’astreinte. Construit pour être collaborative cette application permet ainsi aux services opérationnels de pousser vers les DG les informations à jour.

D’autres exemples très bien construits:

Le Maire empêché ? Pas de souci, ou presque.

Le Maire empêché ? Pas de souci, ou presque.

Un(e) maire c’est un couteau suisse. Exécutif de la commune il officie aussi par délégation du conseil municipal et comme représentant de l’État, rien que cela. C’est dire combien son office est important et son absence préjudicielle à la bonne marche de l’administration communale.

On pourra toujours se rappeler que le code général des collectivités locales organise les délégations aux adjoints, conseillers par le biais de l’article L2122-18

Le maire est seul chargé de l’administration, mais il peut, sous sa surveillance et sa responsabilité, déléguer par arrêté une partie de ses fonctions à un ou plusieurs de ses adjoints et, en l’absence ou en cas d’empêchement des adjoints ou dès lors que ceux-ci sont tous titulaires d’une délégation à des membres du conseil municipal

Cette délégation vaut pour l’ensemble de ses fonctions (pouvoirs propres, pouvoirs exercés au nom de l’État et pouvoirs délégués par le conseil municipal) sous réserve que la possibilité laissée par l’article L2122-23 autorisant la subdélégation aux adjoints des missions déléguées par le conseil au Maire ne soit pas contrecarré par une mention contraire dans la délibération (ouf).

On s’arrête souvent là dans la lecture de cet article et c’est un tord. Car la lecture attentive de la seconde phrase de l’alinéa 2 rendrait un peu plus solide la sécurité juridique des communes durant les « absences » du Maire.

Ces absences sont anticipées, puisque l’article L2122-17 est en effet particulièrement explicite et utile pour pour permettre la continuité de l’action municipale

En cas d’absence, de suspension, de révocation ou de tout autre empêchement, le maire est provisoirement remplacé, dans la plénitude de ses fonctions, par un adjoint, dans l’ordre des nominations et, à défaut d’adjoint, par un conseiller municipal désigné par le conseil ou, à défaut, pris dans l’ordre du tableau.

Typiquement, durant les vacances, légitimes, du Maire, des arrêtés d’empêchement sont pris . Et voilà les différents adjoints (en général un par semaine) signant en lieu et place du Maire, remplacé dans la « plénitude de ses fonctions » par un autre élu.

Oui mais voilà….

Relisons ensemble cette seconde phrase de l’alinéa 2 de l’article L2122-23:

Sauf disposition contraire dans la délibération, les décisions relatives aux matières ayant fait l’objet de la délégation sont prises, en cas d’empêchement du maire, par le conseil municipal.

Autrement dit, si votre délibération de délégation ne mentionne pas une phrase type

conformément à la possibilité ouverte par le second alinéa de l’article L2122-23 du code général des collectivités territoriales, les décisions prises en application des pouvoirs délégués au Maire par la présente délibération peuvent être signées par un adjoint ou un conseiller municipal agissant pour le Maire empêché dans les conditions fixées à l’article  L2122-17 du code général des collectivités territoriales. De même, les matières déléguées par la présente délibération peuvent faire l’objet d’une subdélégation dans les conditions de l’article L2122-18.

l’ensemble des actes signés par les adjoints ou conseillers municipaux, pour le maire empêché, et relevant de l’article L2122-22 (délégation au Maire) sont illégaux pour incompétence de l’auteur de l’acte.

Petite question juridique qui n’est pas anodine, certaines collectivités règlent cette question en faisant référence au seul article L2122-18 pour régler les cas de signature lorsque le maire est empêché.

Or, la lecture de l’article L2122-23 est pour moi très claire, dans le cas du maire empêché, les éventuelles délégations données sur le fondement de L2122-18 (délégation classique) ne peuvent exister pour les matières déléguées au Maire puisqu’elles sont reprises par le conseil. Il n’y a donc rien à subdéléguer aux autres adjoints.

Attention donc à la rédaction de vos délibérations si vous ne voulez pas avoir des contentieux « argent facile ».

Bidart, réseaux sociaux, Hashtags, DesignThinking et Open311 pour vous servir

Bidart, réseaux sociaux, Hashtags, DesignThinking et Open311 pour vous servir

Il faut bien l’avouer, un titre comme celui là donne une folle envie de poursuivre la lecture, avec des petites mains qui frappent déjà d’impatience.

Durant mes vacances j’ai passé deux jours à Bidart dans le Pays Basque. Oui, c’est sympa, la mer est en contrebas, les maisons rouges et blanches, les habitants avenants, les surfeurs blonds et musclés sur leur vespa, les filles jolies comme tout.

Bidart est une ville de taille variable. Oui variable. 6.500 habitants selon l’INSEE mais classée 20.000/40.000 du fait de sa situation estivale de ville touristique. Ce qui n’est pas anodin quand vient le moment de se poser la question de l’utilisation des réseaux sociaux par une telle commune.

(suite…)

Unforgettable, la série à oublier

Unforgettable, la série à oublier

Je viens de tomber par hasard sur une série que je ne connaissais pas, et dont je vais très rapidement oublier l’existence, mais pas sans vous faire partager le grand moment que constitue la scène finale de l’épisode. Le pitch ? Poppy se souvient toujours de tout, elle ne perd jamais ses clés et elle peut même se déplacer mentalement dans la scène qu’elle désire revoir. Cela donne l’occasion au responsable de la post-prod de se faire plaisir à facturer des incrustations qui ne servent à rien et aux fans de se pâmer doublement devant Poppy la rousse.

La voilà donc dans de trépidantes aventures, armée de sa seule mémoire et de sa plastique avantageuse.

(suite…)

Quand l’État s’appuie sur les touching points

Quand l’État s’appuie sur les touching points

Un touching point c’est un point de contact. Oui, pas la peine de monter sur vos grands poneys en grommelant que la langue française est assez riche pour définir un point de contact entre deux êtres, entités ou services. Soit, mais le retard en matière de Design de service est tel dans notre cher Hexagone que cela fait bien longtemps que nos amis anglo-saxons ont préempté les termes de cette discipline.

Bref.

Un point de contact comme votre intuition (insight) vous le fait sentir, est un temps plus ou moins long, durant lequel une institution (dans notre cas) et un usager se rencontrent. Il peut naturellement s’agir d’un temps formel dédié à la réalisation d’une démarche administrative comme un temps moins spécifiquement consacré à cette demande.

Et c’est là que réside probablement une des améliorations les plus sensibles à mettre en oeuvre pour les services publics, avec deux axes de réflexion.

Le premier est celui des temps d’attente dont on sait qu’ils sont singulièrement élevés dès lors que l’on fréquente ces palais grandioses peuplés de nantis payés par l’argent du gentil contribuable, les mairies, les hôtels de région ou de département, les Hôpitaux, les Universités etc…

Pendant que vous patientez en lisant le dernier People du mois de mai 2007 laissé là par on ne sait trop qui, vous êtes captif et votre temps s’écoule de façon sacrément inefficiente. L’idée est donc d’optimiser ce temps d’attente en vous permettant:

  • de vous renseigner sur vos futures démarches
  • de réserver des prestations ou de les payer
  • de compléter des demandes ou de vérifier le stade d’avancement de celles que vous avez déjà formulé

C’est un premier axe d’amélioration et il est assez endogène aux structures.

Le second tient à la mise en réseau des différents acteurs publics et s’appuie sur une gestion collective de temps de contact individuels. C’est sur cet axe qu’un rapport sur l’évaluation du processus électoral « Moderniser l’organisation des élections » propose entre autre de se pencher.

Car l’une des problématiques majeures rencontrées dans l’élaboration et la gestion des listes électorales est celle de leur mise à jour au gré des mouvements de population et de la modification de leur commune de rattachement.

La proposition formulée est donc de permettre une semi automatisation du traitement de cette question en recourant aux services d’autres opérateurs publics que ceux qui sont spécifiquement chargés de la question:

Dans ce scénario, à l’occasion de certaines procédures administratives particulièrement sécurisées, l’électeur cocherait une case «je souhaite être inscrit sur la liste électorale nationale à l’adresse indiquée dans ce formulaire».
Cette procédure pourrait notamment s’appliquer lors de:
  • la demande d’une prestation sociale
  • l’immatriculation d’un véhicule
  • l’établissement des cartes nationales d’identité et des passeports
  • l’établissement des permis de conduire
  • le paiement des impôts locaux
  • la déclaration de revenus(une case à cocher par individu du foyer fiscal, ou uniquement pour les déclarants)
  • l’inscription à l’université

On le constate, l’objectif est de sortir d’une logique fonctionnellement segmentée et silotée pour promouvoir une démarche transversale et centrée sur les temps de l’usager, où qu’il soit et quelle que soit la démarche engagée, pour favoriser l’agrégation d’informations qui seraient ensuite rendues disponibles et exploitables par plusieurs acteurs publics, de l’État aux collectivités locales.

C’est une petite goutte dans l’océan des choses à faire pour faciliter la vie des usagers et des administrations mais c’est une démarche fondamentale, favorisée par la maturité des outils technologiques et accélérée par la prise de conscience des pouvoirs publics. Ensemble simplifions ? Chiche !