Ne jetons pas la pierre à nos amis des Bouches du Rhône, car ils ne sont pas les seuls à le faire, et toutes les motions l’ont semble t-il pratiqué, mais il est vrai que le folklore des scrutins amicaux, entre amis semble avoir la vie dure dans ces riantes cités du sud de la France.

Petit tour d’horizon des joyeusetés et autres « adaptations » auxquelles les scrutateurs ont eu droit:

  1. Absence de vérification des identités, c’est habituel mais si c’est « tolérable » dans une section de 40 personnes qui fonctionne comme une grande famille, l’aspect moins familial dans une section de 450 est de nature à jeter un doute sur l’identité de certains.
  2. Augmentation de 30% du nombre d’inscrits sur les listings entre ceux fournis par ROSAM et ceux utilisés.
  3. 75% de régularisation de cotisation le jour du vote
  4. Présentation en bonne et due forme du bulletin de vote au président de section (non encore mis dans l’enveloppe évidemment, et face vers le président)
  5. Déclaration à l’emporte pièce « ici on vote ce que je dis de voter » dixit un maire d’arrondissement (oops)
  6. Doubles urnes proscrites mais utilisées
  7. Listings de section et non fédéraux
  8. Arrangements pour la non inscription sur le PV d’irrégularités en échange du même oubli dans l’autre sens dans une autre section
  9. Intimidations…

Bien évidemment, la même chose s’est reproduite un peu partout, Nord comme Sud, à l’avantage de chacun et de tous…

Pas à dire, le parti est en ordre de marche pour 2012.