Le parisien, Sisyphe moderne de la course

Le parisien court. C’est dans sa nature de parisien, il n’y peut rien. Prédisposition génético-sociale inscrite dans ses talons de chaussure ou véritable adaptation physiologique à un environnement contraignant, aucune étude n’est à ce jour capable d’expliquer cet irrépressible besoin physique, cette pathologie vivace, cette malédiction centenaire.
(suite…)

Sauvez un toré, mangez un bulletin de vote!

Devant les menaces dissimulées d’en finir avec la vie de mon blogueur masqué préféré (mises à jour par le biais d’une surnaturelle perception extrasensorielle à visée psychologico-sociale dont Dieu/Allah/Yahvé/Krishna/Raël dans sa bienveillante bonté m’a oint) je vous adjure de vous rendre de toute urgence sur le blog dudit Toréador pour y déposer un vote sur le meilleur concours de l’histoire du web, j’ai nommé les 7 merveilles du Oueb.

Je le dis avec d’autant plus d’humilité que ce concours est censé déterminer le fin du fin des blogs français, et que bien naturellement je figure au nombre des encore-nominés (bien que le sieur Toré me fasse figurer dans la sous classe de ceux qui ne sont pas les tops du top qui se battent actuellement pour vos votes, histoire de ne pas marquer trop honteusement sa préférence pour mon blog plein d’humour et d’impertinentes mais techniques chroniques).

Voilà. Votez, y’a pas besoin de cartes.

EPCI mon amour

Dans un post un peu polémique, Versac raillait gentiment la position de JPR, notre ex-promoteur de la France d’en bas, sur la proposition de Jacques Attila de supprimer les départements. Lequel JPR répond à nouveau.

D’un côté donc une demande de rationalisation, de l’autre les exigences de proximité.

Pour tout dire le sujet est passionnant car la décentralisation est un phénomène qui n’est pas si vieux que cela, à peine 26 ans, mais qui marque durablement et profondément le quotidien des français. (suite…)

Ayez confiance!

Votre argent est entre de bonnes mains, c’est en tout cas ce que votre banquier ne cesse de vous répéter à longueur d’entretien. L’entretien avec son conseiller financier me direz vous ce n’est pas pour tout le monde, en général pas pour le péquin moyen.

Moi par exemple je n’avais quasiment jamais vu mon banquier avant de commencer à bosser réellement. Puis lorsque mon compte a atteint les 10.000 euros de crédit (j’épargne selon un mode alternatif dépense folle/restriction anorexique) , d’un coup d’un seul mon téléphone n’a pas cessé de sonner. (suite…)

Rapport Attila

Pour ceux que ça intéresse, il est là: l’Herbe ne repoussera pas sous les pieds de nos enfants sauf à vous tirer les doigts du luc! (pdf)