En cumul, la droite Val d’Oisienne s’y entend aussi

C’est une jeune femme pas désagréable à regarder, elle a 35 ans et porte le doux prénom de Stéphanie. On en viendrait presque à croire qu’elle est devenue la nouvelle égérie des vieux messieurs de l’UVO. Son patronyme est un peu plus compliqué à prononcer mais avec un minimum d’application c’est faisable: Von Euw.

Avec une candeur et une application qui force le respect la demoiselle se présentera en mars aux élections cantonales face à Jean-Pierre Becquet sur le Canton de la vallée du Sausseron. Un canton stratégique pour la gauche Val d’Oisienne puisqu’il figure au rang des 7 détenus par la droite dans cette élection partielle, l’un des plus susceptibles de « tomber » surtout. En 2004 il n’avait manqué que 93 voix à JP Becquet pour l’emporter.

Cette jeune femme donc sur qui porte tous les espoirs de la droite Val d’Oisienne est pourtant très occupée puisqu’elle cumule déjà un mandat de maire adjointe du député Houillon avec celui de Conseillère régionale acquis en 2010. Ce serait donc un troisième mandat pour la blonde Stéphanie par ailleurs fortement investie dans son travail  de chef de cabinet de Patrick Devedjian, le très convaincant ministre-de-la-relance-financée-par-les-collectivités-locales.

19 cantons sur 38 sont renouvelables, 12 sont détenus par la gauche et 7 par l’UVO

Remarquez qu’elle est à bonne école, à quelques longueurs du brillantissime et très occupé Député-maire-président de communauté de commune-conseiller général démissionnaire pour cause de cumul Axel Poniatowski.

Si vous souhaitez connaitre le secret de l’ubiquité et de la forme version Duracell, n’hésitez pas, rendez vous en mars sur les Marchés du canton, vous y rencontrerez cette gentille cumularde qui vous expliquera tout !

Jean-Francis Pécresse ou la billevesée économique

Le titre, je vous l’accorde est un peu accrocheur limite camelot. Depuis le départ peu volontaire de Didier Porte de France Inter j’ai reporté mon attention matinale sur Radio Classique, ce qui en plus de me détendre me cultive un minimum.

Sur cette radio parfois sombre et lugubre, parfois virevoltante et légère, parfois pastorale et chaude, parfois cristalline et aérienne selon les oeuvres à l’antenne, le sieur Jean-Francis Pécresse nous a offert ce matin une chronique aussi légère qu’un opéra de Wagner, le talent en moins, à l’évidence.

Sujet de sa chronique du jour, le marronnier des impôts locaux. Car oui, si les taux sont votés en Mars/Avril pour les collectivités, les prélèvements n’arrivent qu’avec les frimas de l’automne, c’est de saison. (suite…)

Continuez de cumuler, l’assemblée nationale veille sur vous

L’occasion était belle, presque trop. Au détour d’un article 1er bis C (oui c’est une petite histoire de suivre la logique de nos législateurs), le groupe centriste au Sénat avait intégré au projet de loi de réforme des collectivités locales un cumul supplémentaire.

Un cumul qui faisait tout son sens et qui finalisait, au moins sur ce point, la cohérence d’un projet qui fait de l’intercommunnalité l’un des piliers de notre administration locale.

Que croyez vous qu’il arriva? (suite…)

Non, Eric W. n’a pas menti

Non, pas du tout, il est tout simplement affecté d’une mémorable lenteur synaptique et d’une considérable diminution des facultés d’adaptation sociale (qui pourrait vraiment sourire comme ça sans passer pour un serial killer?).

Vous ne souhaitez pas « inacceptablement dénigrer » un pauvre homme affecté d’un handicap lourd tout de même? Il n’a pas menti lorsqu’il a affirmé ne pas connaitre PdM, avant d’admettre que peut être son nom ne lui était pas si étranger que cela. Il a juste mis du temps à faire la connexion. Après cela, pour dire s’il est honnête – mais terriblement lent à se souvenir le pauvre bougre – les médias tenant lieu de pense bête pour notre étourdi maladif, il s’est même rappelé l’avoir rencontré, trois fois,. Quelle tête en l’air honnête que ce monsieur W. (suite…)