Comment qualifier autrement cette baisse énormissime du chômage au mois de février? Comment ne pas se féliciter d’un élan retrouvé? Comment ne pas louer ce gouvernement qui par son action volontariste a permis à des cohortes de travailleurs de se lever tôt pour participer à l’effort de croissance nationale?

Comment ne pas se pâmer devant cette hausse de 16% annuelle des radiations administratives? Comment ne pas se faire le commentateur thuriféraire de ces baisses de reprise d’activité (-3%) et d’entrée en stage (-6%)?

Oui comment?