L'oeuf, la poule et François Bayrou

François beau comme un camion neuf Chacun connait la question de savoir qui de l’oeuf ou de la poule est arrivé le premier, la première.

Et bien cette question philosophique, quasi existentielle, trouve aussi à s’appliquer dans le domaine politique et je vais vous prendre par la main ((Pierre bachelet si tu m’entends, merci pour les corons)) et vous accompagner sur le chemin du poulailler qui nous mènera jusqu’à François Bayrou.

Posons d’ores et déjà les bases de notre démonstration:

  1. François Bayrou était crédité de moins de 6 à 9 % des voix il y a encore quelques mois (décembre) , et encore 12% la semaine dernière
  2. Subitement c’est désormais 16 à 17 % des sondés qui déclarent envisager de voter FB au 1er tour
  3. FB remporterait le second tour quelque soit son adversaire
  4. Certains médias (RTL notamment pour ne pas la citer) ne juge pas pertinent d’envisager l’hypothèse Bayrou au second tour

Nous en arrivons à notre première question: Doit-on, comme certains, affirmer que les sondages font l’opinion? Ou doit-on admettre qu’il ne sont que le reflet plus ou moins précis d’un état de fait ? Autrement dit, si l’on accepte l’hypothèse que l’opinion publique existe ((Pierre B. si tu nous écoute, merci pour les habitus et tout le reste)), constitue t-elle la poule ou l’oeuf?

Nous avons eu le loisir d’aborder ce sujet avec les journalistes de 20 minutes présents lors de la soirée de live bloggin, et leur réaction est assez symptomatique.

Les « français », saucissonnés en tranches d’âge, de CPS, de lieu d’habitation etc par les sondeurs, sont-ils influencés dans leur choix du premier tour par l’hypothèse d’une victoire au second?

Le fait de savoir qu’il existe une possibilité de voir FB emporter le morceau au second tour crédibilise t-il de facto une intention de vote au premier tour?

Puisque vous me le demandez si gentimment, mon avis est OUI.

N’avez vous jamais eu ce sentiment confus qu’il ne servait à rien de faire quelquechose que l’on sait dénué d’utilité? Vous savez comme prévoir la victoire du PSG à Old Trafford ou spéculer sur une éventuelle distribution massive de stock-options pour les salariés lambda d’une boite?

En matière politique, il y a ceux qui ont des convictions profondes, qui vont défendre coûte que coûte leur candidat et ceux qui restent indécis. Indécis par manque d’information, par manque d’attrait pour un évènement qu’il ne pense pas en mesure de boulverser leur quotidien, par désillusion.

Ces indécis là ont besoin d’un signe. Faire tout pêter en 2002? Le Pen avait envoyé ce signe. Gagner contre Royal ou Sarkozy? Les sondages viennent d’envoyer ce signe.

Il y a quelques jours Nicolas Sarkozy et son staff de campagne s’inquiétaient de l’éventuel croissement des courbes de SR et de FB. Si j’étais eux, au vue des derniers sondages, je commencerai à m’inquiéter d’un croissement entre la courbe de FB et la leur.

Ségolène Royal vs François Bayrou? Vous vous rappelez quand on vous disait que la victoire se joue au centre?

C’est Mitterrand qui doit jubiler.

Pour surfer la vague Béarnaise je live bloggerai d’ailleurs François lundi soir mais en préparant quelques thèmes de réflexions auparavant histoire d’avoir des choses censées à dire, ça me changera.

[EDIT] A 15H03 Le Monde.fr sort un article sur le même sujet !! Avec en conclusion notamment cette phrase :
Ainsi, le directeur des études de l’IFOP, Frédéric Dabi, commentant à l’AFP le sondage de son institut, a-t-il expliqué clairement que ces seconds tours victorieux mais théoriques de François Bayrou « crédibilisent sa candidature »

C’est où qu’on envoie son CV pour écrire dans Le Monde?

Rejoindre la conversation

Aucun commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *